Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


les put pas reconnoître. Après l’opération, les objets lui paroiſſent au bout de l’œil. Quand il commença à voir, les objets lui parurent toucher la ſurface extérieure de ſon œil. La raiſon en eſt ſenſible.

Avant qu’on lui abaiſſât les cataractes, il avoit ſouvent remarqué, qu’il ceſſoit de voir la lumiere, auſſi-tôt qu’il portoit la main ſur ſes yeux. Il contracta donc l’habitude de la juger au-dehors. Mais parce que c’étoit une lueur foible & confuſe, il ne diſcernoit pas aſſez les couleurs, pour découvrir les corps qui les lui envoyoient. Il ne les jugeoit donc pas à une certaine diſtance ; il ne lui étoit donc pas poſſible d’y démêler de la profondeur : &