Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


par conſéquent, elles devoient lui paroître toucher immédiatement ſes yeux. Or, l’opération ne put produire d’autre effet, que de rendre la lumiere plus vive & plus diſtincte. Ce jeune homme devoit donc continuer de la voir, où il l’avoit jugée juſqu’alors, c’eſt-à-dire, contre ſon œil. Par conſéquent, il n’appercevoit qu’une ſurface égale à la grandeur de cet organe.

Et fort grands. Mais il prouva la vérité des obſervations que nous avons faites : car tout ce qu’il voyoit, lui paroiſſoit d’une grandeur étonnante. Son œil n’ayant point encore comparé grandeur à grandeur, il ne pouvoit