Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ne démêlent les figures, que lorſqu’ils ſavent appliquer les couleurs ſur des objets éloignés. Mais à meſure qu’il s’accoutuma à donner de la profondeur à la lumiere, & à créer, pour ainſi dire, un eſpace au-devant de ſes yeux ; il plaça chaque objet à différentes diſtances, aſſigna à chacun le lieu qu’il devoit occuper ; & commença à juger à l’œil de leur forme & de leur grandeur relative.

Il n’imagine pas comment l’un peut être à la vue plus petit que l’autre. Tant qu’il ne ſe fut point encore familiariſé avec ces idées, il ne les comparoît que difficilement ; & il étoit bien éloigné d’imaginer comment les yeux