Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


pour le commun des hommes les apparences des jours ſi longs & des années ſi courtes ; & pour un petit nombre les apparences des jours courts & des années longues.

Que la Statue ſoit quelque tems dans un état, dont l’uniformité l’ennuie ; elle en remarquera davantage le tems que le ſoleil ſera ſur l’horiſon, & chaque jour lui paroîtra d’une longueur inſupportable. Si elle paſſe de la ſorte une année, elle voit que tous ſes jours ont été ſemblables, & ſa mémoire n’en marquant pas la ſuite par une multitude d’événemens, ils lui ſemblent s’être écoulés avec une rapidité é