Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tonnante.

Si ſes jours au contraire, paſſés dans un état où elle ſe plaît, pouvoient être chacun l’époque d’un événement ſingulier, elle remarqueroit à peine le tems que le ſoleil eſt ſur l’horiſon, & elle les trouveroit d’une briéveté ſurprenante. Mais une année lui paroîtroit longue, parce qu’elle ſe la retraceroit comme la ſucceſſion d’une multitude de jours diſtingués par une ſuite d’événemens.

Voilà pourquoi dans le désœuvrement nous nous plaignons de la lenteur des jours & de la rapidité des années. L’occupation au contraire fait paroître les jours