Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


quand il deſcend vers l’occident, elle jugera que ſon ſommeil a eu une certaine durée ; & ſi elle ne ſe rappele aucun ſonge, elle croira avoir duré, ſans avoir penſé. Mais il ſe pourroit que ce fût une erreur : car peut-être le ſommeil n’a-t-il pas été aſſez profond, pour ſuſpendre entiérement l’action des facultés de l’ame. Et fait connoître l’illuſion des ſonges. Si au contraire elle ſe ſouvient d’avoir eu des ſonges, elle a un moyen de plus pour s’aſſurer de la durée de ſon ſommeil. Mais à quoi reconnoîtra-t-elle l’illuſion des ſonges ? à la maniere frappante dont ils contrediſent les connoiſſances qu’elle avoit