Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


trompée, ou ſi elle ſe trompe. Il ſemble qu’elle ait également raiſon de croire, qu’elle a changé de lieu, & qu’elle n’en a pas changé. Mais enfin ayant eu fréquemment des ſonges, elle y remarque un déſordre, où ſes idées ſont toujours en contradiction avec l’état de veille qui les ſuit, comme avec celui qui les a précédés ; & elle juge que ce ne ſont que des illuſions. Car accoutumée à rapporter ſes Senſations hors d’elle, elle n’y trouve de la réalité, qu’autant qu’elle découvre des objets, auxquels elle les peut rapporter encore.

Chapitre 9