Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


porte point, mais qui a quelque reſſemblance avec lui. Pourquoi elle a à ce ſujet moins d’idées que nous.

Il n’eſt pas poſſible d’imaginer tous les différens jugemens qu’elle portera ſuivant les circonſtances : ce ſeroit d’ailleurs une recherche aſſez inutile. Il ſuffit d’obſerver qu’il y a pour elle, comme pour nous, une bonté & une beauté réelles ou arbitraires ; & que ſi elle a à ce ſujet moins d’idées, c’eſt qu’auſſi elle a moins de beſoins, moins de connoiſſances & moins de paſſions.

Chapitre 4

Des jugemens qu’