Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/213

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


La Statue ne s’arrêtera vraiſemblablement pas à ces doutes. Peut-être les jugemens, dont elle s’eſt fait une habitude,