Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


hui comme à lui toutes les parties de ce corps auxquelles il s’intéreſſe, & dans leſquelles il croit exiſter ? Je ſais qu’elles ſont à moi, ſans pouvoir le comprendre : je me vois, je me touche, en un mot, je me ſens, mais je ne ſais ce que je ſuis ; & ſi j’ai cru être ſon, ſaveur, couleur, odeur, actuellement je ne ſais plus ce que je dois me croire.

Chapitre 9

Concluſion. dans l’ordre naturel, tout vient des Senſations.

Nous ne ſaurions nous appliquer toutes les ſuppoſitions que j’ai faites :