Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


jugemens, devenus familiers, ſe répetent ſi rapidement, que ſe confondant avec la Senſation même, elle reconnoît enfin les diſtances à l’ouie. Elle apprendra de la même maniere, ſi un corps eſt à ſa droite ou à ſa gauche. En un mot elle appercevra la diſtance & la ſituation d’un objet à l’ouie, toutes les fois que l’une & l’autre ſeront les mêmes, que dans les cas, où elle a eu occaſion de faire beaucoup d’expériences. N’ayant même que ce moyen pour s’en aſſurer, au défaut du tact, elle en fera ſi ſouvent uſage, qu’elle jugera quelquefois auſſi sûrement, que nous jugeons nous-