Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mêmes avec les yeux.

Mais elle courra riſque de s’y méprendre, toutes les fois qu’elle entendra des corps dont elle n’aura pas encore étudié la variété des ſons, ſuivant la variété des ſituations & des diſtances. Il faut donc qu’elle s’accoutume à porter autant de jugemens différens, qu’il y a d’eſpeces de corps ſonores & de circonſtances où ils ſe font entendre. Erreurs où l’on pourroit la faire tomber. Si elle n’avoit jamais entendu le même ſon, qu’elle n’eût touché la même figure & réciproquement ; elle croiroit que les figures emportent avec elles les idées des ſons, & que les ſons emportent avec eux les idé