Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mêlé d’ombre & de lumiere. Elle ne voit donc pas encore un globe, elle ne démêle pas même un cercle. Car ſon œil n’a point encore appris à régler ſes mouvemens, pour ſaiſir l’enſemble d’une figure. Mais elle touche le globe, & conduiſant de la main ſa vue ſur toute la ſurface, elle juge que la couleur qu’elle voit, s’étend & prend de la rondeur & du relief. Elle réitere cette expérience, & elle répete le même jugement. Par-là, elle lie les idées de rondeur & de convexité à l’impreſſion que fait ſur elle un certain mêlange d’ombre & de lumiere. Elle eſſaye enſuite de juger d’un