Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


globe, qu’elle n’a pas encore touché. Dans les commencemens, elle s’y trouve ſans doute quelquefois embarraſſée : mais le tact leve l’incertitude ; & par l’habitude qu’elle ſe fait de juger qu’elle voit un globe, elle forme ce jugement avec tant de promptitude & d’aſſurance, & lie ſi fort l’idée de cette figure à une ſurface, où l’ombre & la lumiere ſont dans une certaine proportion, qu’enfin elle ne voit plus à chaque fois, que ce qu’elle s’eſt dit ſi ſouvent qu’elle doit voir.

Elle le diſtingue d’un cube. Elle apprend également à voir un cube, lorſque ſes yeux faiſant une étude des impreſſions