Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


rens degrés de diſtance ; & encore, malgré toutes ces précautions, ſe trompera-t-elle ſouvent ſur les grandeurs, ſur les diſtances & ſur les figures. Ce n’eſt, par conſéquent, qu’après bien des études, qu’elle commencera à s’aſſurer mieux des jugemens de ſa vue : mais il lui ſera impoſſible d’éviter abſolument toute mépriſe. Souvent elle ſera trompée par les expériences mêmes, auxquelles elle croit devoir ſe fier davantage. Accoutumée, par exemple, à lier l’idée de proximité à la vivacité de la lumiere, & l’idée de l’éloignement à ſon obſcurité ;