Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qu’elle commenceroit à reconnoître les objets qu’il lui répete. Elle n’imagine pas comment ils ſe doublent à la vue ; & elle ne ſait pas s’ils ne pourroient pas auſſi ſe doubler au tact. Et même avec eux. Non-ſeulement la vue ſera en contradiction avec le toucher, elle le ſera encore avec elle-même. La Statue juge, par exemple, qu’une tour eſt ronde & fort petite, quand elle en eſt à une certaine diſtance. Elle approche, & elle en voit ſortir des angles, elle la voit grandir à ſes yeux. Se trompe t-elle, ou s’eſt-elle trompée ? C’eſt ce qu’elle ne ſaura, que lorſqu’elle ſera à portée de toucher la tour. Ainſi le tact,