Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


yeux. Ses mains lui paroîtroient voir & toucher tout enſemble.

Ce ſont donc des jugemens d’habitude, qui nous font attribuer à la vue des idées, que nous ne devons qu’au tact. Soupçons & réflexions qui ont amené cette découverte. Il me ſemble que lorſqu’une découverte eſt faite, il eſt curieux de connoître les premiers ſoupçons des philoſophes, & ſur-tout les réflexions de ceux qui ont été ſur le point de ſaiſir la vérité.

Mallebranche eſt, je crois, le premier, qui ait dit qu’il ſe mêle des jugemens dans nos Senſations. Il remarque que bien des lecteurs ſeront choqués de ce ſentiment. Mais ils le ſeront ſur-