Page:Condillac - Traité des sensations, 1754, tome II.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tout, quand ils verront les explications que ce philoſophe en donne. Car il n’évite un préjugé, que pour tomber dans une erreur. Ne pouvant comprendre comment nous formerions nous-mêmes ces jugemens, il les attribue à Dieu : maniere de raiſonner fort commode, & preſque toujours la reſſource des philoſophes. « je crois devoir avertir, dit-il,… etc. » il