Page:Condorcet - Œuvres, Didot, 1847, volume 3.djvu/586

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
574
PRÉFACE.


vertus et punit nos crimes. Il semble qu’il faut conclure de là que l’opinion de Pascal ne peut que servir à la religion. La religion n’a rien à craindre des athées. Leur morale a pour règle l’utilité générale des sociétés, et pour motifs l’intérêt que les hommes ont d’être bons, et l’aversion naturelle de l’homme pour causer de la douleur à son semblable. Cette morale parle trop peu à l’imagination et aux âmes communes, pour devenir jamais populaire. D’ailleurs, on accusera toujours les athées de détruire toute morale, et il leur sera toujours impossible de faire à cette objection une réponse satisfaisante, surtout de mettre cette réponse à la portée du commun des hommes.

La morale des déistes, au contraire, est appuyée sur la même base que celle de la religion. Ils offrent les mêmes espérances et les mêmes craintes ; l’âme y trouve les mêmes consolations ; leur système a ce caractère imposant de majesté et de grandeur, auquel l’imagination a tant de peine à résister. Leurs preuves, tirées de l’ordre qui paraît régner dans le monde, sont à la portée de tous les esprits ; au lieu que, pour sentir la force des objections qui attaquent ces