Page:Contes de Madame de Villeneuve, tome 1.djvu/104

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Le bon-homme au fait de la façon dont la Bête nourrissoit ses Hôtes, dit à sa fille que ce repas étoit destiné pour eux, qu’il étoit à propos d’en faire usage. La Belle n’en fit nulle difficulté, bien persuadée que cela n’avanceroit pas sa mort. Au contraire elle s’imagina que ce seroit faire connoître au Monstre le peu de répugnance qu’elle avoit eue de le venir trouver. Elle se flatta que sa franchise seroit capable de l’adoucir, & même que son avanture pourroit être moins triste qu’elle ne l’avoit apprehendé d’abord. Cette Bête épouvantable, dont on l’avoit menacée, ne se montroit point : tout dans le Palais respiroit la joye & la magnificence. Il paroissoit que son arrivée l’avoit fait naître, & il n’étoit pas vraisemblable qu’elle fut les apprêts d’une Pompe funebre.

Son espérance ne dura guéres.