Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


père à payer les services du guide. Ce plan, on le conçoit, devait engager Nick à être fidèle au moins pour le temps du voyage.

Plusieurs autres questions furent discutées entre le père et le fils ; le premier promit, si rien d’important ne l’en empêchait, de trouver les moyens de communiquer avec ses amis de la Colline : Farrel devait aller retrouver son maître au bout de six semaines ou deux mois avec des lettres de la famille. Plusieurs des anciens compagnons d’armes du capitaine ayant des grades supérieurs dans l’armée, il leur envoya des lettres dans lesquelles il leur conseillait la prudence et les engageait à être modérés ; les événements prouvèrent qu’il n’avait pas été écouté. Il écrivit même au général Gage en prenant la précaution de ne pas signer sa lettre ; mais les sentiments en étaient tellement favorables aux colonies qu’il est plus que probable que si elle eût été interceptée les Américains auraient fait parvenir la missive à son adresse.

Tout ceci réglé, le père et le fils se quittèrent, car l’horloge de la maison venait de sonner minuit.


CHAPITRE IX.


Quoique aussi vieux en expérience qu’en âge, il est en apparence aussi puéril qu’un enfant ; de même qu’un enfant il joue, se litre à mille folies, et va sans cesse d’un endroit dans un autre. Il ne peut tenir en place, et ne paraît pas longtemps satisfait. Enchanté d’avoir à s’occuper de quelque nouveau jouet, il dit ne vouloir plus penser à autre chose ; mais tenir une résolution est impossible à cet esprit léger. Vous n’échappez pas au pouvoir qu’exerce son enfance, et peut-être regretterez-vous l’heure qui vous aura vu vous joindre à ses jeux !
Griffin


L’intention du major était de quitter la Colline ; ce qu’il annonça à sa famille pendant le déjeuner, dans la matinée du lendemain. Sa mère et Beulah reçurent cette communication avec un intérêt bien naturel, qu’elles n’avaient aucune raison de dissimuler ; mais Maud avait si bien imposé silence à ses sentiments, qu’elle ne fit rien paraître du chagrin qu’elle ressentait réellement.