Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— C’est heureux, Bob, quoique tu dises cela en souriant ; avec mes sentiments actuels, je serais réellement fâché d’avoir la demi-solde ou le quart de solde. Au moins je suis libre de suivre les mouvements de ma conscience et les suggestions de mon jugement.

— Eh bien, Monsieur, vous êtes heureux, il faut le reconnaître. Pour moi, je ne comprends pas qu’un homme puisse être libre de manquer à la fidélité qu’il doit à son souverain naturel. — Qu’en pensez-vous, Maud ?

Cela fut dit sur un ton moitié sérieux, moitié plaisant. Maud hésita avant de répondre.

— Mes sentiments s’opposent à la rébellion, dit-elle enfin, quoique ma raison me dise qu’il n’y a pas réellement de souverain naturel ; c’est le parlement qui a fait nos princes, le parlement est donc notre maître légal, notre maître constitutionnel.

— C’est là justement le point en discussion. Les membres du parlement peuvent être les gouverneurs légitimes de l’Angleterre, mais ils ne sont pas les gouverneurs légitimes de l’Amérique.

— C’est assez, dit le capitaine en se levant de table. Ne débattons pas une telle question au moment de nous séparer. Va, mon fils, on ne saurait remplir un devoir trop tôt. Ton fusil de chasse est prêt ainsi que les munitions. Je ferai courir le bruit que tu as été passer une heure dans les bois à la recherche des pigeons. Dieu te bénisse, Bob quoique nous différions d’opinion sur la situation actuelle, tu es mon fils, mon seul fils, mon enfant bien-aimé Dieu te bénisse pour toujours !

Un profond silence succéda à ce cri de la nature ; puis le jeune homme prit congé de sa mère et des jeunes filles. Mistress Willoughby embrassa son enfant. Elle contint sa douleur jusqu’au moment où, seule dans sa chambre, elle pourrait à loisir adresser au ciel ses prières et ses larmes. Beulah, affectionnée et sincère, sauta franchement au cou de son frère ; mais Maud, quoique pâle et tremblante, reçut le baiser d’adieu sans le rendre, quoiqu’elle ne pût s’empêcher de lui dire, avec une intention dont le jeune homme conserva tout le jour l’impression dans son esprit : — Prenez soin de vous-même, ne courez pas inutilement au-devant du danger ; Dieu vous bénisse, mon cher, mon très-cher Bob.

Maud seule suivit des yeux le départ du major. La construction