Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


baissés vers la terre. Un long silence s’ensuivit, et la conversation revint à ce qui se passait dans la vallée.

Le soleil était couché et les ombres du soir commençaient à empêcher de distinguer les objets. Pourtant on pouvait encore voir que l’inquiétude régnait au dedans et au dehors de la Hutte, sans doute à cause de l’absence de notre héroïne. En effet, cette inquiétude était si grande, qu’on ne s’occupait plus du battant de la porte qu’on laissait devant l’ouverture qu’il devait fermer, étayé par des pièces de charpente, mais non placé sur ses gonds. Le major pensa qu’on avait pris des mesures pour que les habitants pussent passer et repasser par le côté suspendu et se défendre quand tout serait clos.

— Chut, murmura Maud, dont les facultés étaient excitées par le danger de son compagnon, j’entends la voix de Michel ; ils approchent. Le sentiment du danger ne peut réprimer l’éloquence du pauvre O’Hearn. Les idées semblent monter à sa langue en même temps qu’à sa pensée, le hasard décide de celles qui paraissent les premières.

— C’est vrai, ma chère. Comme vous semblez le désirer vivement, je vais me retirer ; mais comptez sur ma présence près de vous, si vous pouvez en avoir besoin.

— Vous n’oublierez pas de venir au bas des fenêtres, Bob, dit Maud avec inquiétude mais rapidement, car les pas des deux hommes se rapprochaient, celle par laquelle ils sont descendus.

Le major se pencha et embrassa une joue que la peur avait glacée, mais que cette action fit devenir brûlante comme le feu. Il disparut derrière l’éminence du rocher qu’il avait lui-même indiquée. Maud se composa un maintien en attendant ceux qui approchaient.

— Le diable me brûle et tous les Indiens d’Amérique avec moi, dit Mike en gravissant le rocher par un chemin qui coupait court. Je pense que nous trouverons la jeune dame ici, ou alors nous ne la trouverons pas de la nuit. C’est un maudit pays, monsieur Strides, que celui où une jeune femme, aussi belle que miss Maud, peut être perdue dans les bois comme une bête égarée qui irait manger dans les pâturages du voisin.

— Vous parlez trop haut, Mike, et vous dites des bêtises par dessus le marché, répondit le prudent Joël.

— Oh ! je ne crois pas que vous réussiriez aujourd’hui à me