Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/276

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


paroles, et, saisissant son chapeau, il voulut voir par lui-même. La galerie qui était sur les toits offrait la vue la plus étendue ; en une minute, il y fut arrivé avec ses deux compagnons.

— D’ici, vous verrez de vos propres yeux la fumée sortir de l’habitation de Joël, et il en est de même chez son cousin Seth, dit Jamie en montrant la direction dont il parlait.

— Il y a certainement là de la fumée, mais les Indiens peuvent avoir allumé des feux dans tes cuisines pour faire cuire leurs aliments. Ils pourraient avoir agi ainsi pour nous investir facilement, sergent, et ce serait plus adroit que ce qu’ils ont fait jusqu’ici.

— Je ne crois pas, Votre Honneur. Jamie a raison, ou mes yeux ne sont plus capables de distinguer un homme d’une femme. Il y a certainement une femme dans le jardin de Joël, et je parierais que c’est Phœbé arrachant des oignons pour son insatiable estomac, la coquine.

Le capitaine Willoughby ne se séparait jamais de sa petite lunette, il la dirigea vers l’objet mentionné.

— Par Jupiter, vous avez raison, Joyce, s’écria-t-il c’est Phœbé ; seulement elle sarcle, elle ne cueille pas d’oignons. Oui, et maintenant je vois Joël lui-même. Le coquin examine des bêches avec autant de philosophie que s’il en était le maître. C’est singulier !

Cette derrière remarque était tout a fait juste ; la situation était vraiment étrange. Un examen poussé plus loin montra que chaque cabane avait ses habitants, car pas un de ceux qui étaient restés en dedans des palissades n’était chef de famille. En se servant de sa lunette et en la dirigeant vers les différentes habitations, le capitaine découvrit la présence de presque tous les déserteurs. En effet, pas un seul ne manquait, à l’exception de Mike. Ils étaient tous là avec leurs femmes et leurs enfants, jouissant tranquillement de leurs demeures. Ce n’était pas tout : ils s’occupaient des affaires de la vallée comme ils le faisaient habituellement depuis des années. Les vaches étaient traites, les porcs avaient leur nourriture, la volaille était soignée, et chaque chef de famille faisait ses préparatifs ordinaires pour le repas du matin.

Le capitaine était si étonné de cette scène extraordinaire qu’il resta une heure dans la galerie, suivant de l’œil tous les mouvements. Les déjeuners furent bientôt finis ; ayant eu lieu plus tard