Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/294

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il était temps que Maud retournât auprès de sa famille adoptive. La boîte fut soigneusement cachée, les cheveux laissés dans leur vieille enveloppe, et elle se dirigea vers la retraite de sa mère. Le capitaine venait d’y entrer. Il était grave et pensif plus que d’habitude, et sa femme, accoutumée à étudier sa physionomie, la trouva chagrine.

— Y a-t-il quelque chose qui aille mal, Hugues, demanda-t-elle, que je vous vois ainsi inquiet ?

Le capitaine Willoughby posa une chaise à côté de celle de sa femme, s’assit, et lui prit la main avant de répondre ; puis il se mit à jouer avec le petit Evert, comme s’il voulait différer de remplir un devoir désagréable.

— Vous savez, ma chère Wilhelmina, dit-il enfin, qu’il n’y a jamais rien eu de caché entre nous aux approches du danger, même quand j’étais soldat de profession, et qu’on pouvait dire que je portais ma vie dans ma main.

— Je crois que vous m’avez toujours trouvée raisonnable. Si j’avais des sentiments de femme, j’accomplissais attentivement mon devoir d’épouse.

— C’est vrai, mon amour, et c’est pour cela que j’ai toujours agi franchement avec vous.

— Nous nous comprenons, Hugues. Maintenant, dites-moi quel est le malheur qui arrive ?

— Je suis certain que vous penserez que ce n’est pas un si grand malheur, Wilhelmina, puisqu’il est question de la liberté de Bob. J’ai l’intention de me mettre à la tête de tous les hommes blancs qui me restent, afin de le délivrer des mains de ses ennemis. Vous resterez seule quelque temps, cinq ou six heures peut-être, dans la Hutte, avec les trois noirs pour vous garder, et les femmes. Vous n’avez pas à craindre un assaut, car tout indique d’autres intentions de la part de nos ennemis, et pour ce moment vous pouvez être tranquille.

— Toutes mes appréhensions et toutes mes prières seront pour vous Hugh. Pour nous-mêmes, nous n’en avons pas besoin.

— Je m’y attendais, et c’est pour diminuer ces appréhensions que je suis venu vous découvrir mon plan tout entier.

Le capitaine Willoughby raconta alors assez minutieusement le rapport de Mike, ainsi que le plan qu’il avait formé, et dont nous avons donné une idée dans le précédent chapitre. Le projet avait