Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Je ne l’ai pas oublié, major Willoughby ; mais qu’est-ce qu’un vain titre de baronnet, ici, dans les déserts de l’Amérique ? Si j’étais encore à l’armée, et colonel, ce serait de quelque utilité ; mais dans ma position, j’aimerais mieux avoir une route passable d’ici à la Mohawk, plutôt que le duché de Norfolk sans le domaine.

— Il n’y a sans doute pas de domaine, répliqua le major d’un ton légèrement contrarié, à moins que vous ne fassiez un domaine baronial des terres que vous possédez ici, et qui ne sont après tout pas à dédaigner.

— Sans doute, c’est tout ce qu’il faut pour le vieux Hughes Willoughby, ex-capitaine du 23e régiment d’infanterie ; mais cela ne suffirait pas pour sir Hughes. Non, non, Robert. Que la baronnie dorme pendant quelque temps. On s’en est suffisamment servi depuis une centaine d’années. Hors de notre petit cercle, il n’y a peut-être pas dix personnes en Amérique qui sachent que j’y ai quelque droit.

Le major rougit, fit sonner la cuillère dans sa tasse vide, et répondit en hésitant :

— Je vous demande pardon, mon cher père ; mais à dire vrai, ne m’attendant pas à cette décision de votre part, j’en ai parlé à plusieurs amis. Je suis sûr qu’en présence de quelques autres, je vous ai appelé plus d’une douzaine de fois le baronnet ou sir Hughes.

— Eh bien, quand il en serait ainsi, la chose s’oubliera. Un prêtre peut être défroqué, Woods et un baronnet peut être débaronneté, je suppose.

— Mais, dit la mère attentive et inquiète, sir William Johnson de New-York n’a pas trouvé que ce titre fût indifférent, pas plus que ne le trouvera son fils et successeur sir John. D’ailleurs si vous n’êtes pins dans l’armée, Robert y est encore. Ce sera dans l’avenir un grand avantage pour notre fils, et ce n’est nullement à négliger.

— Ah ! je vois ce que c’est. Beulah, ta mère ne veut pas perdre le droit de s’appeler lady Willoughby.

— Je suis sûre, répondit Beulah, que ma mère ne veut pas être appelée autrement qu’il ne convient à votre femme. Si vous restez sir Hughes Willoughby, elle restera madame Hughes Willoughby. Mais, mon père, le titre pourrait être utile à Robert.

— Eh bien, que Robert prenne le baronnetage, répondit le père