Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et la sollicitude puis tant aimée à cause de ses qualités personnelles tous étaient là autour d’elle, sous son toit, presque à la portée de ses bras. La hutte n’était plus une solitude ; le domaine n’était plus un désert pour elle ; car là où était son cœur, là aussi étaient ses trésors. Après quelques minutes de pensées de bonheur, l’excellente femme s’agenouilla et son âme s’éleva pleine de reconnaissance vers l’Être qui l’environnait de tant de bénédictions. Hélas elle ne soupçonnait guère l’étendue et la durée des maux qui pesaient en ce moment même sur son pays natal, et toutes les peines qu’allait endurer son cœur affectueux !

Le major n’avait fait connaître à personne le véritable objet de sa mission, si ce n’est, ainsi que nous l’avons vu, au capitaine et au chapelain. Nous allons maintenant le suivre à son appartement et passer quelques instants en tête-à-tête avec le jeune soldat.

Deux chambres meublées avec goût et simplicité lui étaient consacrées ; elles étaient connues de tous les habitants de la maison, blancs et noirs, sous le nom des quartiers du jeune capitaine, et Maud l’appelait en riant le sanctuaire de Bob. Le major y retrouva toutes choses dans le même état où il les avait laissées dans sa dernière visite, une année auparavant ; augmentées cependant de quelques articles nouveaux.

Aussitôt qu’il eut déposé sa lumière, il regarda autour de lui, comme quelqu’un qui reconnaît de vieux amis, et fut charmé, de renouveler connaissance avec tant d’objets chéris.

Les jouets de son enfance étaient là ; même un beau cerceau qui avait eu du service, orné de rubans par une main inconnue. Serait-ce ma mère, pensa le jeune homme en s’approchant pour examiner le cerceau bien connu qui n’avait jamais été l’objet d’un pareil hommage ; serait-ce ma bonne et tendre mère qui ne pouvant se persuader que je ne suis plus un enfant, aurait fait ceci ? J’en rirai demain avec elle en l’embrassant. Il se tourna ensuite vers la toilette sur laquelle se trouvait une corbeille remplie de différents objets. Jamais il n’avait visité la hutte sans trouver un semblable panier dans sa chambre à coucher ; c’était une tendre preuve du souvenir qu’on gardait de lui en son absence.

— Ah ! pensa le major en ouvrant un paquet de bas de laine tricotés, c’est encore ma chère mère avec ses préoccupations sur l’humidité des pieds et les vicissitudes du service. Une douzaine de chemises avec le nom de Beulah attaché sur l’une d’elles !