Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Sans doute, mon fils. Le couteau à scalper sera à l’œuvre dans six mois, et il y est peut-être déjà, si la moitié de tes récits et des bruits du dehors est vraie. — Telle est l’histoire américaine.

— Je pense plutôt, Monsieur, que vos appréhensions pour ma mère et mes sœurs peuvent vous égarer. Je ne crois pas que les autorités américaines elles-mêmes approuvent jamais ces mesures horribles que rien ne saurait justifier ; et si les ministres anglais étaient assez cruels pour adopter une pareille politique, l’honnête indignation d’un peuple humain les forcerait certainement d’abandonner le pouvoir.

Quand le major eut cessé de parler, il se retourna et surprit la contenance de Joël ; il fut frappé de l’intérêt avec lequel ce dernier épiait ses paroles empreintes d’une chaleureuse franchise.

— L’humanité se laisse facilement séduire par toutes ces harangues politiques, Bob, répondit tranquillement le père, mais elles produisent peu d’effet sur un vieux soldat. Que Dieu te fasse revenir de cette guerre avec la même ingénuité et le même naturel sensible que tu avais avant de partir d’ici.

— Le major redoute à peine les sauvages : serait-il pour eux ? dit Joël ; et, si ce qu’il dit de l’humanité des conseillers du roi est vrai, il sera encore en sûreté de ce côté.

— Le major sera du côté où son devoir l’appelle, monsieur Strides ; que vous importe ? répondit le jeune homme avec un peu plus de hauteur que la circonstance ne l’exigeait.

Le père regretta que son fils eût été aussi indiscret, il ne vit pas d’autre remède que de reporter l’attention des trois hommes sur ce qui avait été dit au commencement de l’entretien.

— Ni les souhaits des Américains ni ceux des Anglais n’auront d’influence sur le caractère de cette guerre, dit-il. Sa direction tombera dans les mains de ceux qui tiennent plus à la fin qu’aux moyens, et les succès excuseront suffisamment les torts. Telle a été l’histoire de toutes les guerres de mon temps, et il est probable que ce sera l’histoire de celle-ci. Je crois qu’il y aura très-peu de différence, de quelque côté que nous nous placions ; il y aura des sauvages à combattre dans l’un et l’autre cas. Ces portes doivent être mises en place ; c’est une des premières choses à faire, Joël et je crois nécessaire d’élever des palissades autour du rocher.