Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 24, 1846.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


loughby, puis faisant tomber la couverture qu’il avait jetée négligemment sur ses épaules, il lui fit toucher les manques de l’inoculation.

— Vieilles marques, dit-il en souriant, nous bons amis, cela s’effacer jamais.

Cette scène toucha le capitaine ; il jeta un dollar à l’Indien qui le laissa à ses pieds sans paraître le remarquer, et qui se tournant vers les fortifications, montra du doigt les portes ouvertes.

— Grands dangers passent par petits trous, dit-il d’un ton sentencieux ; pourquoi laisser les grands trous ouverts ?

— Il faudra placer ces portes la semaine prochaine, dit te capitaine, et cependant il est presque absurde d’appréhender des dangers sérieux dans cet établissement si reculé, et lorsque la guerre ne fait que de commencer.

Rien ne se passa plus sur la pelouse qui soit digne d’être rapporté. Après le coucher du soleil, la famille rentra dans la maison, et se confia pour la nuit, comme de coutume, aux soins de la providence divine. Comme d’un commun accord, on ne fit aucune allusion à la guerre civile et aux résultats qu’on en attendait : quand le moment de se séparer fut venu, le major resta seul avec ses sœurs dans la pièce qui lui servait à la fois de parloir, de cabinet de toilette et de salle d’étude ; elle précédait cette qu’il appelait plus spécialement sa chambre.

— Vous ne nous quitterez pas de sitôt, Robert, dit Beulah en prenant la main de son frère avec une confiante affection ; il me semble que mon père n’est ni assez jeune, ni assez actif, ou plutôt ne s’alarme pas assez pour se soutenir dans des temps comme ceux-ci.

— C’est un bon soldat, Beulah, si bon que son fils ne peut rien lui apprendre. Je voudrais pouvoir dire que c’est un aussi bon sujet ; je crains qu’il ne penche du côté des colonies.

— Le ciel en soit loué ! s’écria Beutah. Oh ! que son fils suive la même direction.

— Non, Beulah, répliqua Maud avec un accent de reproche, tu parles sans réflexion ; maman regrette amèrement que papa ait de telles opinions. Elle pense que le parlement a raison et que les colonies ont tort.

— Quelle chose qu’une guerre civile ! s’écria le major. Voilà le mari contre sa femme, le fils contre son père, le frère contre la