Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du bâtiment était sous l’arche ; une autre porte correspondante était située en face pour la facilité du service. Puis venait la cour environnée par le bâtiment principal d’une part, et de deux côtés par les ailes, tandis que le quatrième côté était adossé à la colline. Cette colline n’était pas très-élevée, et quoiqu’elle fût perpendiculaire, il était possible à un homme agile d’y monter ou d’en descendre, en s’aidant des inégalités du rocher. Dans mon jeune âge je l’avais fait cent fois, et souvent les domestiques essayaient avec succès cette escalade. Je conclus de là que les incendiaires s’étaient introduits en escaladant le rocher, la cuisine devant leur fournir les matériaux nécessaires pour leur entreprise.

Le lecteur peut être certain qu’après avoir reçu de Mary Warren cette terrible communication, je ne m’arrêtai pas à discuter toutes ces probabilités. Mon premier mouvement fut de la prier de courir au hêtre, et d’engager Mille-Langues à me rejoindre mais elle ne voulut pas me quitter.

— Non, non, me dit-elle. Vous ne devez pas aller seul à la cuisine. Ils sont deux, et ils paraissent des coquins déterminés, avec leurs figures noircies ; ils ont aussi des mousquets. Non, non, je veux vous accompagner.

Je n’hésitai plus, et je m’avançai ayant Mary à mes côtés. Heureusement, j’avais apporté mon fusil, et mon pistolet était dans ma poche. Nous passâmes par les salles à manger et les offices. C’était le chemin que Mary avait pris dans sa tournée, et c’était d’une fenêtre de l’office qui s’ouvrait sous l’arche qu’elle avait vu ce qui se passait, au moyen d’une fenêtre semblable dans la cuisine. Deux hommes avec la figure noircie étaient occupés à entasser des bûches dans un coin de la cuisine, où les flammes devaient se communiquer rapidement au petit escalier, d’où elles atteindraient les attiques et les poutres du toit. Par bonheur, les planchers de cette partie de la maison étaient tous en carreaux.

Dans ce moment, une lumière brillante qui éclaira la fenêtre opposée annonçait les progrès de l’incendie. Priant Mary de rester où elle était, je franchis la porte, je me dirigeai promptement vers une rangée de fenêtres basses qui ouvraient sur la cour, et je distinguai parfaitement tout ce qui se passait à l’intérieur.

— Les voilà, s’écria Mary, qui malgré ma recommandation, m’avait suivi de près ; le bois brûle rapidement.

Maintenant que je voyais le feu, le mal ne me sembla pas si