Page:Cooper - Œuvres complètes, éd Gosselin, tome 27, 1847.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


guinaires sauvages des prairies pour couper la gorge aux femmes et aux enfants, et pour chasser les tenanciers, afin de rentrer dans vos fermes même avant l’expiration des baux. Quelques personnes ajoutent que les sauvages ont la liste de ceux sur les têtes desquels reposent les baux, et qu’ils doivent avant tout massacrer ceux-là. Vous êtes sur un volcan, monsieur Hughes, vous êtes sur un volcan.

— Ma chère Opportunité, répondis-je en riant, je vous suis infiniment obligé de l’intérêt que vous me portez, et j’avoue franchement que vous m’avez samedi soir rendu un service signalé ; mais je dois aujourd’hui penser que veux exagérez le danger, que vous donnez au tableau de trop sombres couleurs.

— Nullement ; je vous le déclare, vous êtes sur un volcan, et, comme votre amie, je suis venue ici pour vous en avertir, pendant qu’il en est temps encore.

— Pour l’éviter, je suppose. Mais comment ces méchants bruits sur mes projets sanguinaires peuvent-ils obtenir quelque crédit, puisque vous avouez vous-même qu’on sait toute l’histoire de ces Indiens de l’ouest, et que la crainte qu’on en avait est tout à fait dissipée ? Il y a là une contradiction.

— Oh ! vous savez ce qui se passe dans les temps d’anti-rentisme. Quand il faut de l’agitation, les gens ne s’attachent pas exactement aux faits, mais font courir des bruits et répètent des bruits, selon qu’ils le jugent convenable.

— C’est vrai ; je comprends cela, et je n’ai aucune difficulté de vous croire à présent. Mais êtes-vous venue ici ce matin simplement pour me faire connaître le danger qui me menace ?

— Je crois que je suis toujours trop prête à venir dans cette maison. Mais chacun a sa faiblesse et je suppose que je ne fais pas exception, répliqua Opportunité en me lançant un regard tendre. Mais Hughes, je vous appelle Hughes, monsieur Littlepage, car pour moi vous ressemblez plus à Hughes qu’à cet aristocrate dur et orgueilleux pour lequel on veut vous faire passer ; mais je ne vous aurais jamais rien dit l’autre soir, si j’avais supposé que cela devait amener Sénèque dans cette cruelle position.

— Je comprends combien vos inquiétudes doivent être graves en ce qui concerne votre frère, Opportunité, et votre bienveillant service ne sera pas oublié quand il s’agira de lui.

— Si cela est, pourquoi, ne permettriez-vous pas aux Indgiens