Page:Coral - Esquisse historique - Tahiti.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 10 —

l’île étaient au nombre de deux cent à trois cent mille ; il établit son calcul sur le nombre de pirogues et de combattants qu’il vit : les premières étaient au nombre de 370, et les combattants au nombre de 8,000.

Cook fit trois voyages à Tahiti : le premier avait eu lieu quelques mois après celui de Bougainville, en 1768 ; le deuxième eut lieu en 1773. — Mais, auparavant, un Espagnol, nommé Bonechea, ignorant les voyages de ses prédécesseurs, débarqua en 1772 dans le sud de l’île, près de Tautira. Bien reçu par les indigènes, le commandant espagnol laissa dans l’île deux prêtres catholiques, après leur avoir fait construire une maison par ses matelots ; près de la porte de cette maison, il fit graver une croix sur laquelle il inscrivit d’un côté : « Christus vincit », et de l’autre : « Carolus III imperat ». Puis il continua son voyage vers l’ouest ; mais, étant tombé gravement malade, il fut forcé de revenir à Tahiti quelques mois après. — C’est là qu’il mourut, et ses compagnons l’ensevelirent près de la maison qu’il avait fait construire ; les missionnaires catholiques rentrèrent en Europe avec le vaisseau.

À son troisième voyage (1777), Cook alla visiter son tombeau, et sa relation nous apprend que les Espagnols avaient fait les plus grands efforts pour s’attirer l’affection des habitants ; ceux-ci ne parlaient d’eux qu’avec vénération et respect. Dans ce dernier voyage, le capitaine Cook constate aussi le décroissement sensible de la population, dû aux maladies que les blancs avaient apportées ; de plus, le prestige du chef Amo allait en s’amoindrissant tous les jours ; l’arrivée des Européens et sa défaite contre Wallis lui avaient été fatales ; son peuple commençait le croire moins puis-