Page:Corneille, Pierre - Œuvres, Marty-Laveaux, 1862, tome 3.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


150 LE CID.

SCÈNE III.

Chimène, Elvire.



Chimène.

Enfin je me vois libre, et je puis sans contrainte
De mes vives douleurs te faire voir l’atteinte ;
Je puis donner passage à mes tristes soupirs ;
Je puis t’ouvrir mon âme et tous mes déplaisirs.
Mon père est mort, Elvire ; et la première épée
Dont s’est armé Rodrigue a sa trame coupée.
Pleurez, pleurez, mes yeux, et fondez-vous en eau !
La moitié de ma vie a mis l’autre au tombeau,
Et m’oblige à venger, après ce coup funeste,
Celle que je n’ai plus sur celle qui me reste.


Elvire.

Reposez-vous, Madame.


Chimène.

Reposez-vous, madame. Ah ! que mal à propos
Dans un malheur si grand tu parles de repos !
Par où sera jamais ma douleur apaisée,
Si je ne puis haïr la main qui l’a causée ?
Et que dois-je espérer qu’un tourment éternel,
Si je poursuis un crime, aimant le criminel?


Elvire.

Il vous prive d’un père, et vous l’aimez encore !


Chimène.

C’est peu de dire aimer, Elvire : je l’adore ;
Ma passion s’oppose à mon ressentiment ;


1. Var. Ton avis importun m’ordonne du repos ! (1637-60)
2. Var. Par où sera jamais mon âme satisfaite,
Si je pleure ma perte et la main qui l’a faite ?
Et que puis-je espérer qu’un tourment éternel. (1637-56)