Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION.

��CHAPITRE PREMIER Iifts Espagnols et Gorneilis.

I

LB CID A-T-IL EXISTÉ?

On étonnerait beaucoup des Espagnols modernes, de ceux qui jurent encore « foi de Rodrigue », si on leur apprenait que de doctes écrivains ont mis en doute jusqu'à l'existence de leur héros national. Surtout, on ne leur persuaderait pas

3ue cfis érudits aient eu des motifs légitimes de scepticisme : 'abord, parce que l'imagination populaire reste fidèle à ceux qu'elle a une fois adoptés; ensuite, parce qu'en Espagne sura- bondent les monuments qui attestent la réalité historique de ce personnage idéalisé depuis par la légende.

Allez dans l'Aragon, près de Teruel : vous y verrez, domi- nant un vallon profond, le Rocher du Cid, la Pefla del Cid. \ peine quelques débris de château sont restés debout. Le lieu est solitaire et sauvage à souhait. Allez dans l'ancienne capitale de la Vieille-Castille, à Burgos : tout vous y parlera du Cid. Voici, près du vieux mur d'enceinte, l'emplacement de la maison du Cid, Solar del Cid, marqué par quelques fondations et par un monument flanqué de deux obélisques, bien compromis lui-même. Non loin de là, voici l'église de Santa-Aguada ou Gadéa, où le Cid fit jurer au roi de Cas- tille Alphonse VI qu'il n'avait pas ordonné d'assassiner son frère dou Sanche devant Zamôra. En visitant l'admirable

�� �