Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/203

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION 29

Scelle 3. — Dans un lieu désert, près de Burgos, pendant la nuit, don'Diècrue attend son fils, qui tarde à venir au rendez- vous. Il s'inquiète déjà, lorsqu'un ^nlop de cheval se fai* entendre au loin : « Rodrisrue! — Mon père! — Est-ce bien Trai, c'est toi que j'embrasse? Fils, laisse-moi prendre haleine afin de te louer... Beau coup! brave début! Et ma valeur passée, tu l'as bien imitée. Tu t'es bien acquitté d. i'être que lu me dois. Touche ces cheveux blancs à qui tv rends l'honneur, porte ta jeune bouche à cette joue où tu as lavé la tache faite à ma gioire. Mon orgueil s'humilie devant ta jeune valeur. )i C'est tout Corneille encore, et les critiques en profitent pour déclarer qu'il est demeuré au-dessous de son modèle : « La supériorité générale de la scène espagnole est évidente : premièrement, parce que les traits sublimes dp Corneille sont traduits mot à mot de l'espagnol...; secondement, parce que les inquiétudes, les angoisses de la tendresse paternelle, la joie ensuite, le bonheur, revêtent dans l'espa- gnol un caractère pathétique, une force, une vivacité mêlée de trouble qui n'existent pas dans Corneille au même degré* ». Assurément le mérite de la priorité doit passer avant tous les autres, bien qu'il soit peu exact de dire que, partout, Corneille ait traduit mot à mot l'original espagnol. On peut y ajouter même, avec Sainte-Beuve, le mérite de la vraisem- blance : car il est plus naturel que don Diègue ait indiqué à l'avance un rendez-vous à Rodrigue, et l'on sourit de voir, chez Corneille, le père chercher à tâtons son fils, qu'un niMaculeux hasard lui amène. Ajoutons qu'avec la vrai- semblance, Corneille a blessé la vérité historique et géogra- phique : il ne s'agit plus de repousser une incursion des Maures, qui ont opéré une razzia très vulgaire du côté des monts d'Oca, dans la Vieille-Castille; de Burgos, la scène est transportée à Séville, qui ne fut reconquise que longtemps plus tard, mais qui est sur le Guadalquivir, à soixante-seize lieues, il est vrai, de son embouchure. Ainsi le veulent les tyranniques unités de temps et de lieu.

Est-ce une raison pour tant humilier Corneille devant son modèle? Il lui a pris les lignes générales et bien des traits particuliers d'un morceau admirable, soit! mais, ce morceau, il l'a, pour ainsi dire, transposé. Le thème est le même, non plus le ton, ni l'accent. Un sentiment nouveau apparaît, la mélancolie. Dans l'espagnol, ce qui domine, c'est la joie et l'orgueil du père, qui revoit son fils, et qui le revoit vain- queur. A cette explosion de tendresse paternelle et d'aristo-

(. Bar«t. Hùtoir* dt la lUtéraiur» «^foçmUt.

�� �