Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ÉTUDE D'ENSEMBLE U

plications et des coups de théâtre, des longues tirades retentis- santes. Dans sa Médée, c'est Sénèque qu'il avait suivi, pouvant suivre Euripide, et Sénèque est un espagnol. Qu'est Vlllusion, sinon une fantaisie bizarre, à l'espagnole, traversée parfois d'éclairs tragiques, qui montrent le Cîd à l'horizon prochain? Le caractère comme le nom de Matamore appartientà l'Espagne, et le poète renvoie lui-même aux romans espagnols dont les héros sont les ancêtres naturels de son Clindor. Unissez, en les idéali- sant, la passion, trop fade, de Clindor, la jactance, trop décla- matoire, de Matamore, et vous aurez déjà Rodrigue.

��LES TRIOMPHES INCONTESTÉS

(1636-1645.)

On n'a point à faire ici l'histoire du Cid (1636), d'Horace et de Cinna (1640), de Polyeucte (1643) i. Par une ancienne habitude avec laquelle on vient seulement de rompre, ces quatre chefs- d'œuvre ont toujours été associés, toujours été regardés, au même degré, comme classiques. Il s'en faut pourtant de beaucoup qu'ils procèdent de la même inspiration. Le Cid est une tragi- comédie chevaleresque, qui tient de l'épopée, un retour hardi à ce moyen âge où le vieux Garnier avait déjà pris le sujet de sa 'Bradamante. Par son originalité même, il suscita une tempête que Corneille soutint d'abord avec courage, mais qui finit par lasser sa persévérance. Quand, après un long silence, troublé par tant de criailleries jalouses, par le règlement de la succession paternelle (son père mourut en 1639), par des procès même, le poète rentra au théâtre avec Horace (1640), on put voir que les critiques adressées au Cid avaient porté leurs fruits. Horace, en effet, n'est plus une tragi-comédie, c'est le type même de la 'tra- gédie classique dans ce qu'elle a de fort et d'étroit tout ensemble. Aucun drame cornélien, d'ailleurs, n'est plus antique d'esprit et de ton. Cinna est moins classique déjà, moins antique aussi : on y saisit bien des échos d'une époque agitée, où grandissaient les

1. Dans les introductions placées en tête des différentes traMdies, on troQ. vera cette histoire très détaillée.

a.

�� �