Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


xa BIOGRAPHIE DE CORNEILLE

et loyaux services i. Était-ce assez pour compenser les dédain» de l'Académie et les quolibets de Boisrobert?

L'indulgence dont on couvre l'Épitaphe de Richelieu, on ne saurait l'accorder au même titre et dans la même mesure au sonnet sur la mort du roi Louis XIII :

Sous ce marbre repose un monarque sans vice, Dont la seule bonté déplut aux bons François, Et qui pour tout péché ne fit qu'un mauvais choix. Dont il fut trop longtemps innocemment complice.

L'ambition, l'orgueil, l'audace, l'avarice, Saisis de son pouvoir, nous donnèrent des lois, Et bien qu'il fût en soi le plus juste des rois, Son règne fut pourtant celui de l'injustice.

Vainqueur de toutes parts, esclave dans sa cour.

Son tyran et le nôtre à peine perd le jour

Que jusque dans la tombe il le force à le suivre.

Jamais de tels malheurs furent-ils entendus? Après trente-trnis ans sur le trône perdus. Commençant à régner, il a cessé de vivre.

En vérité, si tous les témoignages ne concordaient pas pour attribuer ce sonnet à Corneille, on aimerait à douter qu'il en soit l'auteur, car le quatrain sur Richelieu est fort dépassé, et le Ion s'est étrangement échauffé en peu de mois -. « Le fameux car- dinal », dont sans doute le poète ne disait pas de bien, mais dont il se refusait, du moins, à dire du mal, est devenu le « tyran » le plus odieux. C'était manquer à la fois de courage et de jus- tice; Corneille semble l'avoir compris, et le sonnet sur la mort de Louis XIII ne fut pas imprimé de son vivant. Au reste, Riche- lieu fut bientôt vengé : privé de ce maître impérieux, mais fait pour être compris des grandes âmes, Corneille devait s'abaisser à flatter des protecteurs moins dignes de lui : c'est de cette époque qu'est la trop célèbre épître dédicatoire de Cinna, adressée au financier Montoron, et dont l'indiscrétion dans l'éloge devint proverbiale 3. Montoron» il est vrai^ payait plus généreusement

1. Encore semble-t-il que ces lettres de noblesse soient dues plutôt à lareine.

2. La mort de Richelieu est du 4 décembre 1642, celle du roi du 14 mail6i3.

3. (1 Supprimons tous les panégyriques à la Montoron. » (Article X du Parnasse réformé de Guéret.) Voyez notre édition de Cinna,

�� �