Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/304

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


130 LE CTD

Il est peimis de préférer le texte de Corneille. Bientôt on alla plus loin dans celte voie, on retrancha toute la première scène entre Elvire et Chimène, et la scène suivante, où Vinfante parait, étant sacrifiée déjà, l'on fit commencer la pièce à la scène 3, c est-à-dire à la scène de la querelle. Ce début nouveau avait sans doute une plus brusque fierté ; mais combien l'intérêt dramatique y perdait! Ces deux personnages mis si tôt aux prises n'étaient plus que des courtisans quelconques : on ne savait plus que la fille de 1 un d'eux, Chimène, aimait Rodrigue, le fils de l'autre. C est ce qu'observe fort bien Lekain dans l'édition raisonnee du lia qu'il publia en 1764, et où il rétablissait la première scène . « Cette scène n'existant plus, il était impossible que le specta- teur prit un intérêt bien vif à la querelle suscitée, un moment après, entre les pères de ces deux amants». Par des raisons analogues, il justifiait la scène l'« de l'acte IV (entre Elvire et Chimène), également supprimée avec le rôle d hlvire tout entier : « Cette scène était d'autant plus nécessaire qu'elle prépare d'une manière admirable tout ce que le spec- tateur doit éprouver de plus flatteur pour Rodrigue et d in- téressant pour Chimène ». Pourquoi faut-il que ce même Lekain qui comprenait ainsi Corneille, et renouvelait au théâtre la gloire des Mondory et des Baron », ait éprouve lui- même le besoin de corriger et de compléter le texte qu d défendait contre d'autres outrages? Citons un seul exemple de ces additions malheureuses. Pour préparer la scène de la seconde entrevue, Lekain avait généreusement prête a Cor- neille quelques vers, dont Corneille n'eut pas heu d être faer :

ELVIRE.

Madame, c'est assez d'éteindre votre flamme : Rodrigue est trop puni, s'il n'est plus dans votre âme.

CHIMÈNE.

S'il n'est plus dans mon âme! Ah ciel! tu peux penser Que jamais

ELVIRE.

Il vient.

I Dans ce rôle de Rodrigue, on peut citer, an iviii* siècle, au-dessous d«  Lekain Dufresne et Dubois; dans le rôle de Chimène, success<veraentau-de8sou: W°" Gaussin et Desgarcins, M"" Quinaalt, de Clèves, Connell M- Pojs«)n •t Drouin M"" Hus, Simon, etc. Dan. celui de don Diegue, le pathétique Vanhove, qui arrachait des larmes de tous les yen», et Bmard.

�� �