Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/315

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION Ul

Je ne suis pas de ces traîtres; Je suis muré dans ma foi. Les grands spectres des ancêtre» Sont toujours autour de moi...

Grondant, je te sers encore : Dieu m'a donné pour emploi. Sire, de courber le More Et de redresser le roi *.

��L'altération de la légende est ici visible : le Cid ne se coii«  tente pas d'être le grand exterminateur des Maures, il est le confident de Dieu et a charge expresse de rappeler aux rois la loi suprême de l'équité lorsqu'ils s'en écartent. De là ses dissertations sur la justice et sur le droit, car ce héros est aussi un philosophe, presque un révolutionnaire, et la décla- ration des droits de l'homme ne doit pas lui être inconnue. On s'étonne donc de voir ce défenseur des peuples opprimés, après avoir avili la majesté royale en la personne du piteux don Sanche, se courber devant lui avec une soumission hautaine encore, parce que « le roi est le roi ». On s'étonne encore plus de voir ce silencieux monarque subir jusqu'au bout l'interminable réquisitoire du Cid, et ne pas chercher même un mot de réplique. Pourtant, il ne faudrait pas croire que le poète ait créé de toutes pièces un personnage de fan- taisie : dans cette évocation des anciens âges, la science érudite est à la hauteur de l'imagination créatrice, et tel poème est un fragment détaché d'une vieille épopée ^. L'au- teur de la Légende des siècles a grossi sans doute, mais non pas complètement dénaturé les traits du héros légendaire, dont l'imagination du peuple, avant celle du poète, avait fait le grand justicier, le grand redresseur de torts, quelque chose comme un sublime don Quichotte, que n'effleurerait pas le ridicule.

Quoi qu'il en soit, nous avons eu plaisir, en termmant celle étude, à rapprocher du nom de Corneille le nom de Victor Hugo.

��i. Légend» des siècles, noarelle série; le Romancero du Cid.

S. Par exemple, Aymerillot et le Mariage de Roland sont tirés de chanMOt de geste intitulées : Aimeri de Narbonne et Girart de Viane (Cycle de Qoil- «Mme d'Orange).

�� �