Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/339

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ce choix n’est pas douteux, et sa rare vaillance 45
Ne peut souffrir qu’on craigne aucune concurrence.
Comme ses hauts exploits le rendent sans égal,
Dans un espoir si juste il sera sans rival ;
Et puisque don Rodrigue a résolu son père
Au sortir du conseil à proposer l’affaire, 50
Je vous laisse à juger s’il prendra bien son temps,
Et si toa.- vos désirs seront bientôt contents.


CHIMèNE.

Il semble toutefois que mon âme troublée
Refuse c-îte joie et s’en trouve accablée.
Un morai;at donne au sort des visages divers, S5
Et dans to grand bonheur je crains un grand revers.


ELVIRE.

Vous verrez cvfî.iî crainte heureusement déçue.

« Absalon élait le ’îls aine du roi; le trône le regardait. » (Bossuet, i^oli- tique, IX, 3, 5.)

46. Ne peut souffrir qu’on craigne, ne permet, ne laisse lieu de cndr.Jre. Corneille dit même arec l’iufiaitif :

Je ne cou* puis souffrir de dir» une sottise. [Suite du Menteur, 9»3.J

49. Au rers 389 on Terra un autre exemple de résoudre, construit activement.

Ritolv«*-le Tons-mème à ne désobéir. (Surénm, it47.)

50. L’affaire, ce terme semble ici un peu trivial; mais Coroeille l’employait à propos des circonstiinres les plus tragii{ues. C’est ainsi que le vieil Horace, défendant la vie de son fils, s’écrie :

Sire, jen ai trop dit; mais faffatre ,;.;_■’ i.’;--ne. ft717.)

52. Des désirs contents, ce sont des désirs qui ont obtenu plein contentement, pleine satisfaction, des désire réalisés:

Jimmolerai ma haine à mes dérirt eontenti. (Sertoriut, tS.) M. Au moment ou se prépare un malheur, Coroeille prête ces tristes pres- sentiments à la plupart de ses héroïnes tragiques, à Camille, à Emilie, à Pau- line, aussi bien qu’à Chimène

55. Des visages, des aspects divers , des faces diverses. Aussi bien que Us poètes, les prosateurs appliquent ce mot aux choses :

Qnoi qu’elle ait commandé, la ehose a deax visages.

{Suite du ifenteur, IM3.)

« Je ne sors jamais à mon honneur de cette sotte entreprise, mais elle est si fantastique et a un visage si éloigné de l’usage commun que cela pourra lui donner passage. •> (Montaigne, Essais, II, 8.) . La plupart des choses du monde ayant deux visages, sont trouvées ou bonnes ou mauvaises, selon qu’elles sont considérées. » [Malherbe, Lettre à la princesse de Conti, 2 mars 1614.) Et Molière, dans Don Juan (IV, 6), parle du « mauvais visage » de certaines actions. On dit encore « envisager une chose », remarque M. Godefroy ; pourquoi n’a-t-on pas pu dir« « le visage d’une chose, » comme on disait en latin facies rei ?

57. Yar. Vou verres votre eraiato heorensemeat d^ae. {lUHt).