Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/345

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE I, SCÈNE II 171

Je vous blâmais tantôt, je vous plains à présent.

Mais puisque dans un mal si doux et si cuisant

Voire vertu combat et son charme et sa force,

En repousse l'assaut, en rejette l'amorce, 130

"ïlle rendra le calme à vos esprits flottants.

ispérez donc tout d'elle et du secours du temps

Espérez tout du Ciel : il a trop de justice

Pour laisser la vertu dans un si long supplice.

l'infante.

Ma plus douce espérance est de perdre l'espoir. 1 33

LE PAGE.

Par vos commandements Chimène vous vient voir.

l'infante, à Léonor. Allez l'entretenir en cette galerie.

128. Corneille prend très souvent cuisant au figuré , il dlrv. dans Cinna de « cuisants malheurs » (40), et « mille remords cuisants » (803).

130. Une amorce, c'est un appât, au propre et au figuré; au xvii' siècle, on disait amorce de tout ce qui peut amorcer, attirer, séduire ; voyez les vers 984 d'Horace, 1681 de Cinna, 1333 de Pompée. Boileau lui-même a dit :

Craignez d'un vain plaisir les trompeuses amorces. {Art poétique, I.)

131. Vos esprits, pluriel très fréquent chez Corneille pour le singulier.

Ainsi que la naissaace, ils ont les esprit» bas. {Pompée, 11(6.) Flottants, incertains. Ce vers est presque mot à mot reproduit dans Cinna,- Pour rendre le calme à ton esprit flottant. . . (1016.)

134. Var. Pour souffrir la vertu si longtemps an supplice. (1637-56.)

135. « Ce vers, si je ne me trompe, n'est pas loin du galiraatbias, » dit Scudéry, qui, cette fois, a raison. L'Académie dit au contraire: « Ce vers est beau, et l'observateur l'a mal repris, pour ce qu'elle ne pouvait rien espérer de plus avantageux pour sa guérison que de voir Rodrigue tellement lié à Chi- mène, qu'elle n'eût plus lieu d'espérer sa possession. » Mais l'Académie ne s'at- tache qu'au sentiment, et Scudéry critique l'alTectation de la forme, ce cliquetis de mots, digne en tout point qu'on le continue par la fameuse antithèse du sonnet d'Oronte :

Belle Philis, on désespère Alors qu'on espère tonjoors.

Rotrou a dit, avec un sens différent :

Un grand espoir manquant est on grand désespoir.

{Helle Alphréde, IV. 1.)

Ces traces du mauvais goût régnant sont trop visibles encore dans le Cid. 135. Par vos commandements, par votre ordre. Corneille aime ces plu- wls :

Cet amour qui m'expose à vos ressentimeats

N'est point le prompt effet de vos commandement», {Cinma, inS.]

�� �