Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/353

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE 1, SCÈNE IV i79

LE COMTE.

Et que penses-tu faire avec tant de faiblesse?

D. DIÈGUE.

Dieu ! ma force usée en ce besoin me laisse! 230

LE COMTE.

Ton épée est à moi; mais tu serais trop vain

Si ce honteux trophée avait chargé ma main.

Adieu. Fais lire au Prince, en dépit de l'envie,

Pour son instruction, l'histoire de ta vie :

D'un insolent discours ce juste châtiment 235

Ne Jui servira pas d'un petit ornement.

��SCÈNE IV.

D. DIÈGUE.

rage! ô désespoir! ô vieillesse ennemie!

N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

Et nesuis-je blanchi dans les travaux guerriers

Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers? 240

Mon bras, qu'avec respect toute lEspaj^ne admire,

Mon bras qui tant de fois a sauvé cet empire,

��■ long amas d'aïeux n dont parle Boileau, et qu'aucune honte infligée à la famille ne laisse indiSérent.

230. Var. O Dien ! ma force usée i ce besoin me laisse ! (1637-5G.)

En ce besoin est préférable, car besoin a souvent chez les poètes dramatiques du temps le sens de circonstance critique.

233. En dépit de l'envie, répétition ironique de ce qu'a dit don Diègue au rars 185.

336. Yar. Ne lai servira pas d'an petit ornement.

— Épargne»-tn mon sangr? — Mon Ame est satisfaite, Kt mes yeax à ma main reprochent ta iléfaite.

— Tn dédaignes ma vie ' — En arrêter le cours

Ne serait que hâter la Parque de trois jours. (1637-56.)

Combien supérieure est la scène arrêtée au vers 236 ! Corneille a comprit qu'il était également nécessaire, et que le Comte ne parlât point trop, et que don Diègue, après cet alTront, ne parlât point du tout, avant de se trouver seul. L'un nous eût semblé tr^p odieux, l'autre trop humilié.

237. Ennemie, contraire, puisqu'elle le paralyse. Corneille a dit de même : « ce respect ennemi. » {Othon, 823.)

239. Blanchi, qui sera pris au propre au vers 711, a ici le sens figuré de vieilli, comme dans Cinna: « dans la pourpre blanchit (995), et dans Vlmitth t»n II, 835, var.):* dans la vertu blanchi. »

�� �