Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/401

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE ÏII, SCENE III 227

Par où seta jamais ma douleur apaisée, 805

Si je ne puis haïr la main qui l'a causée?

Et que dois-je espérer qu'un tourment éternel,

Si je poursuis un crime, aimant le criminel?

ELVniE.

n vous prive d'un père, et vous l'aimez encore?

CHIMÈNE.

C'est peu de dire aimer, Elvire : je l'adore ; 810

Ma passion s'oppose à mon ressentiment;

Dedans mon ennemi je trouve mon amant,

Et je sens qu'en dépit de toute ma colère,

Rodri^e dans mon cœur combat encor mon père :

Il l'attaque, il le presse, il cède, il se défend, 815

Tantôt fort, tantôt faible, et tantôt triomphant;

Mais en ce dur combat de colère et de flamme,

Il déchire mon cœur sans partager mon âme;

Et quoi que mon amour ait sur moi de pouvoir,

805. Var. Par on sera jamais mnn wme satisfaite,

Si je plenre ma p.Mte et la main qui Ta faite? Et qne pnis-je es|iérer qu'an toarment éternel? (1631-M.) « On ne peut dire : la main qui a fait la perte, pour dire : la main gui l'a causée; car c'est Chimène qui a fait la perte, et non pas la main de Rodrigue Ce nest pas bien dit aussi : je pleure la main, pour dire : je pleure de ce que (fest cette mam qui a fait le mal. » (Académie.) CorneiUe a eu tort de ne pas préférer son vers primitif à cette prose. 807. Que dois-je espérer qu'un tourment, sinon un tourment : Qu'a fait Mandonins, qa'a fait Indibilig, Qu'y plonger pins avant leurs trônes avilis ? {Serloriut, 432.)

810. M. Géruzer rapproche de ce vers celui de Racine, qui en semble imité :

J'aime, qne dis-je aimer? j'idolâtre Janie. [Britannicus, U, 2.)

812. Dedans, préposition, pour dans, comme dessous pour sous; votei le Ters 532. 814. Au vers 1840, combattre sera pris dans une acception figurée analogue.

817. Levers est mal venu; ce dur combat n'est pas harmonieux- colère «oppose mal à flamme, et l'on ne voit pas tout d'abord qu'il s'agit du combat ^ue le devoir livre à la passion.

818. On peut faire à propos de ce vers une remarque analogue à la remarque faite sur le vers précèdent. Scudéry l'avait repris, et l'Académie, lui donnant raison, écrit ; « Cela ne veut rien dire, sinon : il déchire mon cœur sans le déchirer. » Là encore, il s'agit de l'amour qui ne peut faire oublier à Chimène non devoir.

819. « Cette façon de parler n'est pas française ; il fallait dire : quelque pou- voir que mon amour ait sur moi. .. (Académie.) •• Cet arrêt ne peut être ratifié- U tournure est logique et bonne. .. (M. Littré.) Vover les vers 843, 929, 945. Comme le fait observer M. Godefroy, c'est un pur latinisme.

Quoi qu'on ail pour soi-même on d'amonr on d'estime. (Titt, I, I.) Quoi qtte inr mes destins il usarpe d'un père. (Ibid., lV,gl.)

�� �