Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/426

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


252 LE CID

Contre ma passion soutenez bien ma gloire,

Et lorsque mon amour prendra trop de pouvoir,

Parlez à mon esprit de mon triste devoir; H4C

Attaquez sans rien craindre une main triomphante.

ELVIRE.

Modérez ces transports, voici venir l'Infante. SCÈNE II.

L'INFANTE, CHIMÈNE, LÈONOR, ELVIRE.

��Je ne viens pas ici consoler tes douleurs ;

Je viens plutôt mêler mes soupirs à tes pleurs.

CHIMÈNE.

Prenez bien plutôt part à la commune joie, H45

Et goûtez le bonheur que le ciel vous envoie.

Madame : autre que moi n'a droit de soupirer.

Le péril dont Rodrigue a su nous retirer,

Et le salut public que vous rendent ses armes,

A moi seule aujourd'hui souffrent encor les larmes. H50

Il a sauvé la ville, il a servi son roi.

Et son bras valeureux n'est funeste qu'à moi.

1139. Var. Et lonqne mon amoar prendra plus de poavoir. (1637 in-lS et Ulo-4*.)

Elle se défie d'elle-même et rappelle à elle toutes ses forces.

1143 On attendait Rodrigue, on n'a que l'infante ; mais l'infante n'apparaît que pour permettre à Rodrigue vainqueur de revenir. Srène inutile et insipide, remarque Voltaire, car Chimène y répète avec faiblesse ce qu'elle vient de dire avec force à sa confidente. — Consoler tes douleurs ; on dirait plutôt aujourd'hui, te consoler dans ta douleur ; mais Corneille aime ces npms et surtout ces plu- riels abstraits.

1144. Ne vient-elle vraiment que pour cela? En cette scène, toutes deux joue- ront un rôle, l'infante affectant une joie désintéressée, Chimène affectant une tristesse qu'elle a peine à soutenir.

1145. Comme beaucoup d'autres adjectifs, commun est souvent placé chei Cor- neille avant son substantif :

Voas marcberez ven Rome à communes enseignes. (,Sertoriut, 34B.)

ti47. Autre que moi, nul autre que moi.

Autre n'a mienx que toi soBteoD cette gnene.

Autre de plus de morts n'a couvert notre terre. {Horace, 847.)

Comme autre qn'an Romain n'a pa l'assujettir,

Autre aussi qu'an Romain ne l'en doit garantir. {Pompée, 1411.)

(448 Var. Le péril dont Rodrlgae a su vons retirer. (1637-S6.)

1150. Var. a moi «enle aajoard'tani permet encor les larmes. (i637-M.)

On voit que Corneille, ici comme en plusieurs autres eodroiti, «rait d'abord fait accorder le verbe arec le dernier sujet seulement.

�� �