Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/428

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


i34 LE GID

L'effort que tu te fis parut si magnanime, H70

Si digne d'un grand cœur, que chacun à la cour Admirait ton courage et plaignait ton amour. Mais croirais-tu l'avis d'une amitié fidèle?

CHmÈNE.

Ne vous obéir pas me rendrait criminelle.

l'infante.

Ce qui fut juste alors ne l'est plus aujourd'hui. 11 ?o

Rodrigue maintenant est notre unique appui,

L'espérance et l'amour d'un peuple qui l'adore,

Le soutien de Castille et la terreur du More.

Le Roi même est d'accord de cette vérité,

Que ton père en lui seul se voit ressuscité; 1180

Et si tu veux enfin qu'en deux mots je m'explique,

Tu poursuis en sa mort la ruine publique.

Quoi I pour venger un père est-il jamais permis

De livrer sa patrie aux mains des ennemis?

Contre nous ta poursuite est-elle légitime, 1185

Et, pour être punis, avons-nous part au crime ?

Ce n'est pas qu'après tout tu doives épouser

Celui qu'un père mort t'obligeait d'accuser;

Je te voudrais moi-même en arracher l'envie :

Ote-lui ton amour, mais laisse-nous sa vie. 1190

•et fini à la même heure, l'unité de temps est observée. Les événements ne sont point aussi pressés qu' in l'a reproché à Corneille, et tout est assez vraisemblable. » (Voltaire.) Oui, à condition qu'on admette d'abord, avec les libertés historiques et géographiques prises par Corneille, la prompte attaque des Maures et la dé- faite, plus prompte encore, que Rodrigue leur inflige.

1 170. On disait se faire un effort où nous dirions plutôt fadre an effort sur ■oi-mème :

Feàtet-vouê un effort pour Ini servir d'appui. {Polytucte, itW.) Vivez, et /ai(e«-t)ou« un effort génëreuz. (Racine, Béréniee, 1498.)

1174. « Ce vers, faible en lui-même, a l'inconvénipnt de condamner Chimène, ^i ne suivra pas les conseils de l'infante. » (M. Géruzez.)

1175. Var. Ce qui fut bon alors no l'est plas aajoard'hoi. (1637-U.)

1178. On a vu, au vers 539, que Corneille, dans le Cid, écrit toujours les Mores ; mais M. Marty-Laveaui constate qu'il écrit les Maures dans Us Di»" cours et les Examens ou il n'a plus le souci de la rime.

1179. Vor. Ses fait? noas ont renda ce qu'ils non? ont ôté,

Et ton père en lai seul se voil ressuscité. (1637-56.)

H90. Les conseils intéressés de l'infante sont ici plus que suspects; fli auraient ce double résultat de sauver la vie à Rodrigue et de séparer Rodrigue de Chimène. Toute cette diplomatie est trop claire pour être dangereuse; elle araduit pourtant un effet utile, puisqu'ea montrant k ClniBène combien il lui ect

�� �