Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/435

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE IV, SCÈNE III 2ei

Les plus épouvantés reprenaient de courage! J'en cache les deux tiers, aussitôt qu'arrivés. Dans le fond des vaisseaux qui lors furent trouvés; Le resle, dont le nombre augmentait à toute heure, i265

Brûlant d'impatience autour de moi demeure, Se couche contre terre, et, sans faire aucun bruit, Passe une bonne part d'une si belle nuit. Par mon commandement la garde en fait de même. Et se tenant cachée, aide à mon stratagème, 1270

Et je feins hardiment d'avoir reçu de vous L'ordre qu'on me voit suivre et que je donne à tous. Cette obscure clarté qui tombe des étoiles

critique de l'Académie peut sembler bizarre, et l'on trouverait aisément au xTi' siècle des eiemples d'équipage pris en ce sens ; mais ces exemples sont rares au xtji" siècle et le sens du mot s'est modifié depuis.

Elle est prête à partir sans plus grand équipage. {Nicoméde, £;27,) H62. Var. Les plus épouvantés reprenaient le courage ! (1638, 39 et 4* in-t«.) Var. Les plus épouvantés reprenaient du courage ! (1644, in.l2.)

1263. Aussitôt qu'ari-ivés. « Cette façon de parler n'est pas française- il fallait dire aussitôt qu ils /-ureni arrivés, ou: ils furent cachés aussitôt qu'arrivés » (Académie.) « Aussitôt qu'arrivés est bien plus fort, plus énergique, plus beau en poésie que cette expression aussi languissante que régulière, au.^sitôt Qu'ilt furent arrives. » (Voltaire.) Voltaire a raison, et cependant l'usage lui a donné tort et la vive tournure qu'il approuve est tombée en désuétude. CorneiUe l'avait p usieurs fois employée dans ses premières comédies : après le Cid il ne l'em- ploya plus qu une fois : . <= i cm

Et par cette action dans l'autre confondue

Recouvrera ma gloire aittsitCt que perdue. {Cinna, 1066.)

1264. Lors pour alors; ce mot n'est plus guère employé que s'il est suivi de que, ou dans les locutions: dès lors, pour lors, lors de.. C'était la rèffl» posée par Vaugelas, mais Corneille et ses contemporains employaient lors oour alors, sans le faire suivre de que : r j •» y^u»

Combien nos déplaisirs parurent /ors extrêmes! (Horace, 179.)

Je vous conterai lors tout ce que j'aurai fait. (Menteur, 1304.)

1270. Var. Et, se tenant cachée, aide mon stratagème. (1637 in-12.)

CorneUle a préféré aider à, locution familière à tous les écrivains de «» temps. "

• • • Lui-même

Se livre entre mes mains, aide à mon ttratagime. (Héraclius, 4S4.> Le meuble et l'équipage aidaienr bien d la chose.

(LaFontaine,Fai/e*, VII, IB.) «73. « Cette obscure clarté rappelle, par voie de contraste, les ténèbres visi- ble, s. admirées dans Milton. n (M Géruzez.) EUe rappelle au^.i le lux maliatL des poètes anciens, et le vers de Virgile : '"uuyna

Quale per incertain lunam, sub luce maligna. Préoccupé avant tout de peindre rintérieur ae l'âme, CorneUle n'a pas souvent de ces traits qui peignent la nature extérieure; encore ne se les permet-U comme ici, que lorsqu'il, fout corp. avec Je récit et le drame. Ses contemioraiw

�� �