Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/453

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE V, SCÈNE I 27d

Préférant, quelque espoir qu'eût son âme asservie,

Son honneur à Chimène, et Chimène à sa vie. »

Ainsi donc vous verrez ma mort en ce combat,

Loin d'obscurcir ma gloire, en rehausser l'éclat ;

Et cet honneur suivra mon trépas volontaire, 1545

^ue tout autre que moi n'eût pu vous satisfaire.

CHIMÈNE.

Puisque, pour t'empêcher de courir au trépas,

Ta vie et ton honneur sont de faibles appas,

Si jamais je t'aimai, cher Rodrigue, en revanche,

Défends-toi maintenant pour m'ôter à don Sanche; 1550

Combats pour m'affranchir d'une condition

Qui me donne à l'objet de mon aversion.

Te dirai-je encor plus ? va, songe à ta défense,

Pour forcer mon devoir, pour m' imposer silence ;

Et si tu sens pour moi ton coeur encore épris, i'.io'ô

Sors vainqueur d'un combat dont Chimène est le prix.

15*1. Var. Préférant, en dépit de «on ame rayie. (1537 in-t», 37 In-lï et 38.) Asservi se dit très fréquemment, chez les tragiques, de l'esclavage amonreut: Mon Hermione encor le tient-elle asserii ? {Andromaque, 103.)

1546. Rodrigue plaide bien aussi, avec chaleur, on n'ose dire avec esprit, tan» le sentiment est sincère, et pourtant il ne perd pas de vue le but qu'il doit attein- dre, et il l'atteint. Alors que tous les arguments de Chimène portent à faus. tons /es siens portent juste. C'est que la première condition pour convaincre est d'ttre convaincu. — Vous satisfaire, vous donner satisfaction, comme au vers 898.

1549. Comme le ton a chansrë! Plus d'arguties subtiles, de feintes ingénieuses, on sent que le cœur est ici d'accord avec la raison. Ce couplet si tendre et si délicat était attendu sans doute de tous ceux qui connaissaient les sentiments de Chimène ; mais on est charmé de voir avec quel embarras et quelle décision à la fois elle prend son parti. Il y a dans ces vers je ne sais quelle hardiesse Ingénue qui explique l'enthousiasme de Rodrigue.

1552. Var. Qui me livre à l'objet de mon aversion. (163T-S6.)

1554. Pour forcer mon (devoir, pour en triompher, comme au vers 1624.

Apprends d'elle à forcer ton propre sentiment. {Polyencte, IGOl.) Forcez, en ma faveur, une trop juste haine. {Pompée, 1222.)

Rotrou et même Racine ont souvent employé ce mot dans le sens de vainert, hmpter.

1555. Var. Et si jamais l'amow iehaaffa tes esprits. (1C37-56.)

Corneille a en raison de corriger ce vers médiocre, presque risible en de pareilles circonstances.

1556. « Ce vers, blâmé par Scudéry, est peut-être le plus beau de la pièce. » (Voltaire.) On est surpris de voir rAcadémio enchérir encore sur l'injuste sévé- rité de Scudéry, déclarer qu'en cette scène « Chimène abandonne tout ce qui lui restait de pudeur », et se montre Ingrate et inhumaine envers don Sanche, en sollicitant son déshonueur. « Cette scène, conclut l'Académie, a donc toute rimpertectioD «[u'elle saurait avoir, si l'on en considère la matière comme faisant

�� �