Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/459

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE V, SCÈNE IV 285

A quoi me résoudrai-je, amante infortunée?

LÉONOR.

A VOUS mieux souvenir de qui vous êtes née : 1630

Le Ciel vous doit un roi, vous aimez un sujet 1

l'infante. Mon inclination a bien changé d'objet. Je n'aime plus Rodrigue, un simple gentilhomme ; Non, ce n'est plus ainsi que mon amour le nomme. Si j'aime, c'est l'auteur de tant de beaux exploits, 1635

C'est le valeureux Cid, le maître de deux rois.

Je me vaincrai pourtant, non de peur d'aucun blâme, Mais pour ne troubler pas une si belle flamme; Et quand pour m'obliger on l'aurait couronné, Je ne veux point reprendre un bien que j'ai donné. t640

Puisqu'en un tel combat sa victoire est certaine, Allons encore un coup le donner à Chimène. Et toi, qui vois les traits dont mon cœur est percé, Viens me voir achever comme j'ai commencé.

SCÈNE IV.

CHIMÈNE, ELVIRE.

CHIMÈNE.

Eh'ire, que je souffre! et que je suis à plaindre! 1645

Je ne sais qu'espérer, et je vois tout à craindre.

d'amour a»ec elle. « Il y a des pertes triomphantes à l'envy des victoires » (MoDtai^n*.)

Et ses yeux, qui brillaient sons son tmnt assuré, Eclataient d l envi de son armât doré. (Tristan, Mort de Chrispe, I, 3.) 1*30. Far. A vous ressoarenir de qni vons êtes née. (1637-56.) 1834. Var. Dne ardear bien plus digne à présent me consomme (1637-44.) Parmi ces plaintes fort peu émouvantes, remarquez ce trait tout cornélien qui ep relevé un peu la fadeur: la passion de l'infante est faita d'admiration, et • accroît à mesure que l'héroïsme de Rodrigue lui parait plus admirable.

1643. Que j'ai donné, le donner; elle y tient; voyez le vers 1590. Mais à quoi bon le « donner » une seconde fois? Sur cette locution encore un coup dans la tragédie, voyez le vers 992.

1645. A quoi bon cette scène de Chimène et d'BIvire, si mal liée aux deux «cènes languissantes qui précèdent? Il semble qu'elle soit néed'un remords du poète : dans son Examen, il remarque que la scène iv est la contre-oartie de la •cène i, que Chimène y forme des souhaits plus raisonnables et demande au U*l que la combat se termine san* faire de vaincu ni de vainqueur. L aveu arra

�� �