Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/460

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


286 LE CID

A-ucun vœu ne m'échappe où j'ose consentir;

le ne souhaite rien sans un prompt repentir.

k deux rivaux pour moi je fais prendre les armes:

Le plus heureux succès me coûtera des larmes, 1650

Et quoi qu'en ma faveur en ordonne le sort,

Mon père est sans vengeance, ou mon amant est mort.

ELVIRE.

D'un et d'autre côté je vous vois soulagée :

Ou vous avez Rodrigue, ou vous êtes vengée ;

Et quoi que le destin puisse ordonner de vous, 1655

Il soutient votre gloire et vous donne un époux.

��Quoi ! l'ohjet de ma haine, ou bien de ma colère!

L'assassin de Rodrigue, ou celui de mon père!

De tous les deux côtés on me donne un mari

Encor tout teint du sang que j'ai le plus chéri; 1660

De tous les deux côtés mon âme se rebelle :

Je crains plus que la mort la fin de ma querelle.

Allez, vengeance, amour, qui troublez mes esprits,

Vous n'avez point pour moi de douceurs à ce prix.

ché à Chimène, la tendre invitation à Rodrigue : « Sors vainqueur... » seraient ainsi atténués au point de vue moral, mais aussi refroidis et gâtés au point de Tue dramatique.

1647. Où, auquel; un peu plus haut, au vers 1607, où signifiait : dans lequol.

Celle otl j'ose aspirer est d'an rang plus illustre. [Polyeucte, 1768.)

1648. Var. Et mes plus donx souhaits sont pleins d'an repentir... (1037-5!.)

L'Académie avait critiqué justement ces souhaits pleins d'un repentir, st Cor- neille a modifié son vers avec bonheur.

1653. D'un et d'autre côté, de l'un et de l'autre côté; cette omission de l'ar- ticle est fréquente chez Corneille.

Oai, mais d'autre côté les dens camps se matioent. {Borace, 808.)

1057. Var. Quoi ! l'objet de ma haine on bien de ma colère ! (1637-64.)

IWl. Se rebelle, se révolte; voyez la variante du vers 1568.

Je dois ^ous avertir, en serviteur fidèle.

Qu'en sa faveur déjA la villa se rebelle. [Polyeucte, 1070.)

Si contre cet arrêt le siècle se rebelle,

A la postérité d'abor>l il en appelle. (Boileau, Art poétique, lU.)

On ne trouve plus chez Racine ce mot commode, que Voltaire a raison d» regretter.

1662. La fin de ma querelle, la fin du combat qui doit décider de ma cause; Toyez sur le sens du mot qwrelle les vers 2^4 et ti«.

I(i63. Allez, vengeance, amour. C'est le même mouvement que dans le» Staoces de Polyeucte (IV, 2) :

Allsi, honneurs, plaisirs, qui me livrez la guerre.

�� �