Page:Corneille Théâtre Hémon tome1.djvu/461

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE V, SCENE IV 287

Et toi, puissant moteur du destin qui m'outrage, 1665

Termine ce combat sans aucun avantage,

Sans faire aucun des deux ni vaincu, ni vainqueur.

ELVIRE.

Ce serait vous traiter avec trop de rigueur.

Ce combat pour votre âme est un nouveau supplice,

S'il vous laisse obligée à demander justice, 1670

A. témoigner toujours ce baut ressentiment,

Et poursuivre toujours la mort de votre amant.

Madame, il vaut bien mieux que sa rare vaillance,

Lui couronnant le front, vous impose silence.

Que la loi du combat étouffe vos soupirs, 1675

Et que le Roi vous force à suivre vos désirs.

CHIMÈNE.

Quand il sera vainqueur, crois-tu que je me rende?

Mon devoir est trop fort, et ma perte trop grande ;

Et ce n'est pas assez, pour leur faire la loi,

Que celle du combat et le vouloir du Roi. 1680

Il peut vaincre don Sanche avec fort peu dé peine,

Mais non pas avec lui la gloire de Chimène ;

Et, quoi qu'à sa victoire un monarque ait promis,

Mon honneur lui fera mille autres ennemis.

��1665. Puissant moteur, terme un peu vague, mais à dessein. On parlait rare- ment de Dieu dans les tragédies, et Polyeuete sembla plus tard à quelquei-une presque une profanation.

Poisse le grand moteur des belles destinées,

Pour prolonger tos joors, retrancher nos années ! {Cinna, 17494

En philosophie, Dieu s'appelle « le premier moteur » ; Bossuet l'appelle « lé moteur secret des cœurs ».

1671. Eaut se dit généralement en bonne part de tout ce qui est élevé, soit au propre, (oit au figuré ; mais parfois aussi on l'emploie, comme ici, dans le ■ens défavorable, pour caractériser tout ce qui est excessif:

Pat lai j'ai jeté Rome en haute jalousie, {Nicomède, I, 6.)

1673. Vttr, Non, non, il vaut bien mieax gae sa rare vaillance,

Loi gagnant an laarier, vous impose silence. (1637-6C.)

1679. « On peut bien dire faire la loi A un devoir, pour dire le surmonter^ vais non pas à une perte. » (Académie.)

1680. Vouloir pour volonté, sorte d'hellénisme, très fréquent chei Corneille.

Las ehrètiens n'ont gn'un Dion, maître absola de toat,

De qui le seul vouloir fait tout ce qu'il résont. {Polyeuete, 1430.)

Vaugelas proscrit ce mot de la prose ; Voltaire constate qu'il n'est plus en Mage ; nous remployons pourtant encore.

1682. La gloire, Thonneur de Chimène, qui lui ordonne de faire son devoir out entier. Voyez le vers 97. Aux vers 1711, 1766, 1707, 1817, Chimène parlera •ncore de sa « gloire » qui luttera contre son amour. Du reste, deux vers plus b», le mot honneur sera substitué au mot gloire.

�� �